D'où je viens

D'abord formée au métier de costumière, (DMA costumier-réalisateur, E.N.S.A.T.T.) que j'ai exercé pendant 7 ans, au théâtre, à l'Opéra, pour des compagnies de cirque ou encore de marionnettes, j'adaptais mon travail aux moyens disponibles, par le biais de transformations, récupération, détournement de matériaux etc. 

Au spectacle, les choses sont créées pour un usage éphémère, et ce métier implique une vie nomade et très citadine.


DMA: Diplôme des métiers d'art
ENSATT: Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre

Aujoud'hui...

Retrouver un lien avec la nature, exercer mon savoir-faire dans le respect de mon environnement, voici ce que je suis venue chercher ici en Creuse. Aujourd'hui installée comme artisan, je trouve mon bonheur au bout du chemin, dans une cueillette, une matinée au marché ou encore une soirée à coudre à la chaleur de la cuisinière..

Dans le respect des ressources fabuleuses que m'offre ce nouveau cadre de vie, je revisite les savoir-faire à ma façon pour créer vêtements uniques, ou en petites séries, que je propose à la vente sur les marchés de mon pays à la belle saison, et bientôt dans une petite boutique à Felletin.

Et demain ?

Les rencontres successives en 2017 de Sandrine Rosier, de Thierry Thevenin et de David Santandreu, ont scellé ma volonté de contribuer au nouvel essor que prend aujourd'hui la teinture végétale.
Dans un monde où la mode n'est qu'industrie, course à la rentabilité, je fais le pari de parvenir à vivre d'une activité locale et artisanale, sans se laisser miner par le modèle économique actuel, qui veut nous faire produire toujours plus, toujours plus vite. 



Et le cuir...

Aujourd'hui uniquement sur commande avec devis.


Les sacs sont entièrement coupés, teints, et cousus à la main au point sellier avec un fil de lin poissé, à la manière traditionnelle, la plus solide qui soit. Quand l'objet le nécessite, les coutures sont renforcées par des rivets.
Le cuir provient de tanneries françaises du Tarn pratiquant uniquement le tannage végétal*. 

Un seul sac peut demander plusieurs jours de travail puis plusieurs jours de patines et d'exposition au soleil, ce qui leur donne ce petit air d'antan qui fait leur charme.
La cire d'abeille est appliquée à l'aide d'un chiffon chauffé sur la cuisinière à bois qui sert aussi à chauffer la maison et l'atelier.
Les patrons sont coupés dans des cartons et papiers-peints de récupération.

Tous les déchets sont soigneusement triés à l'atelier, les chutes de cuir sont stransformées en porte-clefs, et le papier sert d'allume-feu pour la cuisinière à bois.

*Le tannage végétal, qu'est-ce que c'est ?